Des hauts et des bas

Des fois, j’avoue, j’en ai ma claque. Quand les enfants sont fatiguées et fatigantes. Quand le temps est tout pourri et qu’on croit vivre sous un couvercle de marmite sale. Quand la journée au bureau s’est mal passée (je ne donnerai pas de détails sur mon boulot, je fais un métier « de passion », ça veut dire que je suis mal payée). Quand le trou dans mon compte bancaire est vertigineux et que j’en vois pas le bout des mois dans le rouge. Quand le chat fait toujours les mêmes conneries mais qu’est-ce que je peux faire, c’est qu’un con de chat qui recommencera encore et encore. Quand le beau gosse au sport m’a même pas regardée. Quand j’ai pas l’énergie de tout mener de front, paperasse, logistique, maison, budget, course quotidienne, conflit avec mon ex, procédure de divorce.

Des fois oui, je me dis que je vais pas y arriver. Que cette vie est trop bête à force de courir, de s’énerver, de passer à côté de tout. Que ça n’a pas de sens.

Mais en fait, je sais que ça passe.

Toujours. Ca finit par passer.

Parce qu’en fait, souvent, y a plein de trucs super dans ma vie : deux gosses géniaux, une super famille, une poignée de vrais amis plus précieux qu’un compte qui serait jamais dans le rouge, des projets qui pulsent au travail, des belles rencontres et beaucoup de fous rires.

Et aussi parce que j’ai vécu bancale pendant des années avant de me retrouver et que ça, ça n’a pas de prix. Que malgré tout j’aime ça me retrouver le soir avec mes deux fauves à driver. Que le quotidien avec elles est une source de créativité sans fin (parce que mes gosses changent plus vite que je n’ai le temps de trouver des solutions aux problèmes qu’elles me posent) et que je risque pas de m’encroûter. Que je savoure aussi les jours où elles sont chez leur père parce que je peux glander, sortir, être efficace ou buller, vivre sans rien planifier, passer la soirée devant l’ordi en mangeant un morceau de fromage et des gâteaux apéro, aller courir à l’heure du déjeuner et déjeuner à l’heure de la sieste. Et que du coup je suis encore plus heureuse quand je les retrouve, mes deux pipelettes à la caboche bien dure.

Publicités