Allez, bonnes vacances hein !

Cette année, comme je n’ai pas de bon-plan-vacances pour l’été (une invitation dans une villa cannoise avec piscine par un ami bling-bling, ou un voyage pour 4 aux Caraïbes offert par Friskies), j’ai décidé de partir en camping avec les boulets. Je sais, c’est probablement une très mauvaise idée mais j’en suis au point de non-retour : j’ai acheté une tente et les enfants l’ont essayée dans le magasin.

Hystérie quand elles ont vu l’objet, alors que jusqu’alors le camping c’était no way, à cause du risque important de rencontre d’ours, sans compter la présence des limaces, et les limaces, c’est vraiment dégueu (je suis bien d’accord). 

Les nains voient la tente, donc, et leurs yeux se rencontrèrent (les tentes n’ont pas d’yeux mais je suis sûre que celle-là a trouvé un moyen alternatif de provoquer un tel coup de foudre).

Prends celle-la maman, prends celle-la, prends-la, PRENDS-LA elle est trop bien ! TROP BIEN !!!

J’examine le matériel en question. Il correspond à mes critères et mon budget. Vendu. 

 

ours
Oh oh, ça sent l’enfant au nutella ici…
 

Les enfants commencent à jouer dedans. Je suis tentée de leur dire d’arrêter puis je me dis que ce sera un bon crash-test. Si c’est de la merde, autant m’en rendre compte maintenant plutôt qu’au bout de deux jours de camping. J’en profite pour questionner un vendeur. Est-ce que le montage est facile ? Euh… Mes collègues ont un peu galéré, je les ai vu faire. (Donc deux personnes jeunes et vigoureuses en terrain non hostile, ça part mal.) Ok, et est-ce que vous croyez que toute seule c’est faisable ? Euh… Ben non, il faut au moins être deux. Ah ok, je demanderai aux enfants de m’aider. Oui oui dit le vendeur l’air semi-convaincu, tout à fait, les enfants vous aideront et ça sera easy les doigts dans le nez. (Menteur.) Ok, je la prends. (C’est mon petit grain de folie, je SAIS qu’il ne faut pas faire un truc et je le fais quand même.)(Au moins on dira pas que j’ai pas été prévenue si on doit dormir à la belle étoile parce qu’on a échoué à monter la tente dans le calme et l’harmonie des âmes après un voyage de 10h dans la Clio de la honte.)

À ce moment-là j’ai été interrompue par un cri strident et j’ai vu une de mes filles jaillir de la tente. Elle avait rencontré un petit scarabée dans la chambre numéro 1 – comme quoi ce magasin Décathlon est nature friendly malgré les apparences. C’est pas gagné pour la semaine d’immersion en milieu sauvage cet été.

Bref, nous repartons chez nous après des efforts héroïques de ma part pour dire non à toutes les demandes d’achat d’objets géniaux, et là, les enfants veulent absolument que je monte la tente dans le jardin. À J-2 de leur départ chez leur père. Je vois bien le topo. 

Il est 19h, je m’installe dans le jardin avec tout le matos, à 22h je pète un câble parce que j’y arrive pas et qu’on n’y voit plus rien, et tout le monde crie parce qu’on n’a pas mangé mais comment veux-tu que je fasse le dîner alors que je suis en train de monter la putain de tente ? Le lendemain matin on se rend compte qu’on avait oublié de fixer une partie de la tente ce qui fait qu’elle est échouée contre la haie, trempée et pleine de limaces (chouette, on pourra arriver au camping avec nos propres limaces), les enfants n’ont plus tellement envie de jouer dedans de toutes façons, elles ont inventé une nouvelle façon de se casser la gueule sur la balançoire, j’ai plus qu’à tout sécher, replier et ranger dans le sac – et là bizarrement ça ne rentre plus alors que pourtant tout tenait au départ, je le jure.

Heureusement j’ai tenu bon. J’ai pas monté la tente. Et je l’ai bien cachée dans la buanderie pour pas que cette bonne idée leur revienne à l’esprit.

Mon voyage de rêve à MP City

Voilà, j’ai vu que c’était hyper à la mode sur les blogs de faire des voyages photogéniques dans des paysages magnifiques, en général l’Islande, quoique New York ait bonne presse aussi.

J’ai donc décidé de vous faire partager mon road-trip a Massy-Palaiseau. Cette destination est injustement méconnue des blogueuses mode et lifestyle (alors qu’il y a une gare TGV, que demande le peuple ?).

 

massy-palaiseau
Acier et béton, l’architecture de la modernité.
massy-palaiseau
Massy by night. Une ambiance inoubliable.
massy-palaiseau
La gare TGV. Pour les voyageurs intrépides.
massy-palaiseau
Gardez la forme avec l’activité descente et montée d’escalier avec valises.
J’espère contribuer ainsi à rétablir la justice (tout en mettant en valeur l’originalité de mes idées et mon sens du marketing, M. le maire de Massy-Pal, si tu cherches une chargée de com, je suis là).

Comment j’ai acheté un téléphone vert

Un jour je me suis levée, et ma fille aînée était une pré-ado. (Mon BÉBÉ ! Une pré-ado !) J’ai réalisé qu’elle entrait au collège l’année prochaine, soit dans moins de 5 mois.

Mes rides sont sorties d’un coup de mon visage et mes cheveux ont blanchi. Faites pas d’enfants, ils vous filent des coups de vieux qui niquent leur mère.

Ma fille et moi on n’a pas baissé les bras face à l’adversité. On a tout de suite pris le taureau par les cornes pour s’organiser comme il faut. Collège = aller à l’école toute seule = téléphone. 

Bon là j’ai eu deux cas de conscience.

  1. Le téléphone pour les enfants c’est TRÈS MAL. Si ça se trouve c’est pire que la télé. On sait pas encore, on manque de recul sur la génération Z (ou je ne sais plus à quelle lettre on en est, peut-être qu’on a repris à A). Mais de même qu’on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs, on n’envoie pas son enfant seule dans la vie au collège sans un téléphone mobile.
  2. Depuis que j’ai vu Le prix à payer, je boycotte Amazon et Apple. Le sacrifice est léger vu que j’ai jamais rien acheté chez eux (mon aïeFone Reine des neiges est un don), mais c’est l’intention qui compte. Sauf que j’ai pensé que c’était sans doute pas mieux chez les copains (Samsung, etc.). Et que le seul mobile « propre » (éthique, etc.) à ma connaissance coûte au bas mot dans les 400€.

Alors j’ai décidé d’acheter un mobile recyclé sur un site écolo. Je trouve ça formidable comme idée marketing : tu achètes pas (trop) cher un vieux matos d’occase, c’est pas du système D, c’est É-CO-LO. (Écolo = tendance, pour ceux qui vivraient dans une grotte.) C’est beaucoup plus chic de dire : je l’ai acheté chez Éco-truc, que : je l’ai trouvé sur Le Bon Coin. Il faut aussi avouer que l’avantage par rapport à acheter un objet chez Jeanpaul254 du 91 qui a mis une annonce sur Le Bon Coin, c’est que le matériel est vérifié, la batterie est neuve, il manque pas le kit mains libres, et il y a une garantie.

téléphone vert
Quelqu’un a vu mon bonhomme Cetelem ?
Et quand même sur le principe ma conscience est sauve (ainsi que mes économies pour aller boire des bières au bar). Je n’ai pas vendu mon âme au diable ni participé au saccage de la planète ni été complice du travail nocturne d’enfants chinois dénutris.

Et ma fille peut apprendre à être accro aux texto.

La femme sans cœur

Une amie qui est aussi ma coach en running (c’est elle qui m’a conseillé la casquette pour courir sous la pluie, l’essayer c’est l’adopter – la casquette, pas ma copine) m’a offert une montre qui capte les battements du cœur pour surveiller son rythme cardiaque pendant la course.

Diable, me suis-je dit, je vais pouvoir enfin suivre les conseils de mon docteur qui m’a expliqué comment progresser en poussant les limites de mon rythme de confort (et plein d’autres choses que j’ai oubliées mais ça doit bien se trouver sur Internet).

Je prends donc la montre, je trifouille un peu les menus sans comprendre (toujours partir du principe que le mode d’emploi ne sert à rien, c’est bien pour ça que des gens ont bossé des jours entiers dans des bureaux sans Nespresso pour le faire), je me résigne à lire le mode d’emploi, je suis le mode d’emploi, je place le capteur exactement comme indiqué sur le dessin, j’appuie sur le bon bouton, et là : rien. La montre ne trouve pas mes battements cardiaques.

J’ai essayé 100 fois, j’ai humidifié le capteur, jai couru sur place pour me mettre en conditions réelles, j’ai rebooté la montre, j’ai relu le mode d’emploi dans toutes les langues, je me suis acharnée, je le jure, mais toujours rien.

J’ai fait un test avec un autre être humain. La montre a affiché son rythme cardiaque. Plein de fois.

Le verdict est dur mais je dois l’accepter : je suis une femme sans cœur.

bn
Pas de coeur, pas de quatre heures.

Mets de l’eau dans ton vin

Depuis le début de la séparation avec mon ex-mari, j’ai parlé avec tout un tas de gens qui avaient toujours des conseils avisés et pertinents à me donner alors qu’ils n’avaient AUCUNE expérience en séparation chaotique.

J’ai eu à peu près toutes les remarques classiques sur les bienfaits de mettre de l’eau dans son vin (non mais ça va pas la tête ! de l’eau dans le pinard ? j’ai eu une correspondante allemande qui a pris cher pour cette faute de goût), de conserver des bonnes relations pour les enfants et de régler les choses en adultes responsables et raisonnables. (Oh mais c’est dingue ce que tu me dis, j’avais PAS DU TOUT pensé à faire ça !)

Un peu comme si les gens croyaient que ça me fait marrer de passer mon temps à me fighter avec quelqu’un dont j’ai décidé de ne plus partager la vie. 

Par ailleurs les gens ne se disent pas, avec leur cerveau en bon état de marche, que si j’ai dû partir habiter presque un an chez mes parents avec les enfants, c’est qu’il y avait baleine sous gravillon. 

Il y a pas cinquante solutions dans ces cas la. Soit on traite ce genre de conseils par le mépris en disant oui oui t’as raison, pour que ça passe plus vite. Ou alors, si on conteste, il faut sortir la grosse artillerie, quitte à exagérer un peu pour impressionner les esprits et couper aux gens l’envie de donner de nouveaux conseils moisis : ah oui j’ai essayé de discuter dans le calme et le respect du ressenti de chacun, j’ai même abandonné des otages (la maison et un chat), mais quand mon ex a tenté de se pendre devant les enfants, j’ai préféré être ferme, et depuis qu’il est en isolement en HP, je n’ai aucun moyen de discuter avec lui.

Bree van de Kamp
Que tu prennes la voiture neuve, la maison, les chats et le lave-linge, passe encore, mais que tu mettes de l’eau dans mon vin, ça me fâche BEAUCOUP.
Avec ça je gagne quelques mois de tranquillité.